doux


doux

doux, douce [ du, dus ] adj. et n.
dulz 1080; lat. dulcis
I Adj.
1Qui a un goût faible ou sucré (opposé à amer, acide, fort, piquant, etc.). Doux comme le miel. Amandes, oranges, pommes douces. Piment doux (ou poivron), moutarde douce (ou condiment). Patate douce. Trop doux. douceâtre, doucereux, écœurant, fade. Vin doux, sucré (opposé à sec, brut).
Non salé. Beurre doux. L'eau douce des rivières et des lacs. Marin d'eau douce.
2Agréable au toucher par son caractère lisse, souple (opposé à dur, rugueux). moelleux, soyeux. Peau douce. 2. fin, satiné, velouté. Étoffe, laine douce. Brosse douce. souple. Lit, matelas très doux. douillet, moelleux, 1. mou.
Par ext. Qui épargne les sensations violentes, désagréables (temps, climat). Climat doux. tempéré. Température douce; douce chaleur. Un hiver doux. clément. « Un temps doux. Le vent, faible et chaud, nous venait du Sud. Il amollissait l'air » (Bosco). Advt Il fait doux.
Peu sonore et agréable à l'ouïe. Doux accents, doux murmures. léger. Voix douce. caressant, harmonieux, mélodieux. Spécialt Musique douce, d'ambiance. — Phonét. Consonnes douces, dont l'articulation n'exige qu'une faible tension musculaire (opposé à consonnes fortes) . — Gramm. gr. Esprit doux (opposé à rude) . Subst. m. Le ton doux. Le rossignol « saute du grave à l'aigu, du doux au fort » (Chateaubriand).
Peu intense et agréable à la vue. Lumière douce. pâle, tamisé. Teinte douce. 2. pastel. « La clarté joyeuse du ciel s'atténuait, devenait douce » (Maupassant).
Agréable à l'odorat. Doux parfums. suave. Douces odeurs.
3Fig. Qui procure une jouissance calme et délicate. agréable. Doux souvenir. attendrissant. La solitude lui est douce. Se faire une douce violence. Il est doux de (et inf.). « C'est doux, la nuit, de regarder le ciel » (Saint-Exupéry). Mener une vie douce. facile, indolent; dolce vita. Il a eu la vie douce. Loc. fam. Se la couler douce. Fam. Une douce manie, une douce folie.
4Qui n'a rien d'extrême, d'excessif. faible, modéré. Descente en pente douce. Cuire à feu doux (cf. À petit feu). Prix doux : prix modéré. « Je pourrai vous procurer deux juments harnachées dans les prix doux » (Sartre). Châtiment trop doux. anodin, bénin. Mort douce.
Qui agit sans effets secondaires néfastes (sur l'organisme, l'environnement), utilise les ressources de la nature. Technologies, énergies douces, peu polluantes. Médecine douce. alternatif, naturel, parallèle.
(d'apr. l'angl. soft) Drogue douce.
5(Personnes) Qui ne heurte, ne blesse personne, n'impose rien, ne se met pas en colère. amène, bienveillant, bonhomme, conciliant, débonnaire, 2. gentil, humain, indulgent, patient, souple, tolérant, traitable; fam. cool, 1. coulant. Être doux comme un agneau. inoffensif. Cet enfant est doux. docile, obéissant, sage. Femme douce et aimable. Vous êtes trop doux avec lui. faible, 1. mou. « Ceux-là seuls sont doux à autrui qui sont doux à eux-mêmes » (France). Un doux dingue. (Animaux) Qui ne montre aucune agressivité. Un chien très doux avec les enfants.
Par ext. Air doux. 2. gentil. Doux visage. gracieux. « Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire, Sa douce bonne foi » (Hugo). Spécialt Qui exprime de tendres sentiments. Un doux regard. affectueux, 2. aimant, câlin, caressant, 2. tendre. Loc. Faire les yeux doux : regarder amoureusement. Un billet doux.
6Technol. Fer doux : fer pur, peu cassant, employé dans la fabrication des électroaimants (opposé à fer aigre). Acier doux. Lime douce : lime dont les entailles peu écartées permettent un travail léger en surface.
II Adv. Fam.
1Filer doux : se soumettre, obéir humblement sans opposer de résistance. « Je filai doux, et souscrivis à toutes tes exigences » (F. Mauriac).
2 ♦ TOUT DOUX. Vieilli Pour inviter au calme, à la modération. doucement. Tout doux mon ami.
3Loc. adv. (1884) EN DOUCE : sans bruit, avec discrétion. Partir en douce (cf. Filer à l'anglaise). « la femme du voisin continue à me fourguer en douce une partie de ses réserves » (Sarrazin). furtivement, secrètement (cf. En cachette).
III N. (Personnes) C'est un doux. Fam. T. d'affection. Ma douce. Fam. Il va voir sa douce, son amie, sa fiancée. ⊗ CONTR. Acide, aigre, 1. amer, 1. fort, 1. piquant . Bruyant, criard. Dur, raboteux, rugueux. Abrupt, escarpé. Acerbe, acariâtre, agressif, brutal, dur, hargneux, sévère, volontaire, violent.

doux adverbe Filer doux, obéir sans résistance. Il fait doux, la température est agréable. Tout doux !, doucement !, ne vous emportez pas, n'exagérez pas. ● doux (expressions) adverbe Filer doux, obéir sans résistance. Il fait doux, la température est agréable. Tout doux !, doucement !, ne vous emportez pas, n'exagérez pas. ● doux, douce adjectif (latin dulcis) Qui produit une sensation agréable au toucher : Le doux contact de la soie. Qui procure une sensation agréable au goût ; suave : Le miel est doux. Qui n'a rien de trop intense, de violent ou d'accentué : Une douce chaleur. Qui n'est ni brusque ni saccadé, qui se passe sans heurts, sans à-coups : Un démarrage très doux. Qui procure un sentiment d'agréable contentement : Évoquer de doux souvenirs. Qui est sans violence, sans agressivité, sans méchanceté : Ce chien est très doux. Un regard doux. Conciliant, gentil : Un père très doux avec ses enfants. Léger : Un châtiment trop doux. Se dit d'une science, d'une technique qui utilise des moyens naturels qui ne forcent pas la nature : Médecine douce. Se dit de techniques, de formes de production d'énergie, etc., qui sont peu polluantes, respectent l'environnement et ne donnent pas lieu à des installations gigantesques. Métallurgie Se dit d'un métal malléable, ductile, peu dur et non fragile. Œnologie Se dit du vin qui contient une certaine quantité de sucre et qui présente un goût suave. Phonétique Se dit d'une consonne dont l'articulation est réalisée avec une tension musculaire moins importante que la partenaire forte ou dure. (Les consonnes voisées sont généralement douces.) ● doux, douce (expressions) adjectif (latin dulcis) Eau douce, qui n'est pas salée ou qui n'est pas calcaire. Folie douce, léger dérèglement mental n'aboutissant à aucune violence. Terre douce, sol de limon, dans la partie nord de la France. Lime douce, lime à denture fine. Drogue douce, drogue n'entraînant ni dépendance physique ni nécessité d'augmenter les doses pour retrouver le même effet. ● doux, douce (synonymes) adjectif (latin dulcis) Qui produit une sensation agréable au toucher
Synonymes :
- délicat
- satiné
Contraires :
- rêche
Qui procure une sensation agréable au goÛt ; suave
Synonymes :
- sucré
Contraires :
- âcre
- âpre
- épicé
- poivré
- relevé
- salé
Qui n'a rien de trop intense, de violent ou d'accentué
Synonymes :
- clément
- tempéré
Contraires :
- brûlant
- étouffant
Qui n'est ni brusque ni saccadé, qui se passe sans...
Synonymes :
Contraires :
Qui procure un sentiment d'agréable contentement
Contraires :
- dur
- pénible
Qui est sans violence, sans agressivité, sans méchanceté
Synonymes :
- agréable
Contraires :
- agité
- épuisant
- trépidant
- troublé
Conciliant, gentil
Synonymes :
- bon
- posé
Contraires :
- acariâtre
- emporté
Léger
Synonymes :
- modéré
doux, douce nom Personne douce, tendre, non violente. ● doux, douce (expressions) nom Mon doux, ma douce, terme de tendresse à l'égard de quelqu'un.

doux, douce
adj., adv. et n.
rI./r adj.
d1./d D'une saveur peu prononcée ou sucrée. Doux comme le miel.
Eau douce, qui n'est pas salée (par oppos. à l' eau de mer et à eau dure).
d2./d Agréable aux sens. Une lumière douce. Une peau douce. Une chaleur douce.
d3./d Modéré. Une pente douce. Cuire qqch à feu doux.
d4./d Qui fait naître un sentiment, une émotion agréable. De doux souvenirs.
d5./d Qui n'est pas agressif; clément, affable; qui dénote le calme, la bienveillance. Une physionomie douce.
|| (Nouv.-Cal.) Bétail doux, domestiqué. (V. adoucir.)
d6./d Qui utilise des ressources, des moyens naturels. énergie douce. Médecine douce.
d7./d TECH Métal doux, ductile et malléable.
d8./d La taille-douce: l'art de la gravure en creux (burin, pointe sèche).
rII./r adv.
d1./d Loc. Filer doux: se soumettre sans résister.
d2./d Loc. adv. Tout doux: très doucement.
d3./d Loc. adv. Fam. En douce: à l'insu d'autrui.
rIII/r n.
d1./d n. m. Ce qui est doux; ton doux. Passer du grave au doux.
d2./d Personne douce. Heureux les doux!

⇒DOUX, DOUCE, adj. et adv.
I.— Adjectif
A.— [En parlant d'un inanimé en gén. concr.] (Quasi-) anton. dur.
1. [En parlant d'une réalité perceptible par tel ou tel sens] Qui n'est ni rude ni âpre, (par ce qu'il) fait sur les sens une impression agréable.
a) Domaine du goût. Qui a une saveur agréable sans être forte ni piquante.
) Qui a une saveur sucrée et agréable. Amande, patate, pomme douce; fruits doux. (Quasi-)anton. acide, âcre, amer. Le séné d'Italie ou de Provence (...) leur saveur est plutôt douce et muqueuse qu'amère (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 662) :
1. ... sous la dénomination « sucres » on désigne certains corps qui, extraits des plantes, sont cristallins, solubles dans l'eau et qui communiquent au liquide de dissolution une saveur douce, agréable, dite « saveur sucrée ».
ROUBERTY, Manuel de sucrerie, 1922, p. 68.
ŒNOLOGIE. Vin doux
♦ Jus de raisin qui n'a pas encore fermenté et dont la saveur est très sucrée. (Quasi-)synon. moût. La levure de vin (...) ensemence d'elle-même le vin doux et y transforme le glucose en alcool (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 115). Les cépages à vins doux naturels (...) du Roussillon sont également tous de troisième époque. Le plus répandu est le grenache (LEVADOUX, Vigne, 1961, p. 43).
P. métaph. Ta bouche, sanguin piment, Douce comme le moût de première cuvée (MORÉAS, Pèlerin pass., 1891, p. 90).
♦ Vin (blanc) très sucré. (Quasi-)anton. vin sec. Le vin blanc doux est nourrissant et diurétique, mais il donne mal à la tête (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, p. 190).
P. ell. du déterminé, emploi subst. masc. [Gén. en parlant d'une liqueur sucrée p. oppos. à une liqueur forte ou rude] Un verre de doux; préférer le doux. Prendre du sec (du vin sec) plutôt que du doux (ROB.). Pendant que les hommes humaient le marc ou le kirsch, le doux circulait parmi les femmes : vin cuit, cassis, eau-de-coing, angélique ou trois plantes (C. THOUVENOT, Le Pain d'autrefois, Paris, André Leson, 1977, p. 107).
) Qui a une saveur peu relevée sans trop d'assaisonnement. Moutarde douce; piment doux. (Quasi-)anton. épicé, fort, salé.
GASTR. Sauce douce. ,,Sauce faite avec du sucre et du vinaigre`` (Ac. 1798-1932).
Parfois péj. Qui manque de sel ou d'assaisonnement. Plat, potage (trop) doux; salade (trop) douce. Synon. douceâtre, fadasse, (fam.) fade. Ta sauce est un peu douce, il faut la saler davantage (DUB.).
) En partic. Eau douce. Eau contenant peu ou pas de sel; eau des rivières, des étangs, des fleuves, etc. Poisson d'eau douce. (Quasi-)anton. eau de mer. Plusieurs espèces [de poissons voyageurs] prennent naissance dans les eaux douces, vont se développer et grandir dans les eaux salées (Code pêche fluv., 1875, p. 45) :
2. Les marais salants installés sur les côtes à proximité de l'embouchure d'un fleuve doivent prendre des précautions particulières pour établir leurs prises d'eau de mer sous peine d'avoir des eaux trop douces et un mauvais rendement. Il semble que la salinité des couches profondes soit plus constante que celle des eaux de surface, car les facteurs climatiques ou locaux n'interviennent pas.
STOCKER, Le Sel, 1949, p. 18.
Péj., fam. Marin d'eau douce. Marin qui n'a, en général, navigué que sur rivières ou peu sur mer ou qui n'a navigué qu'en Méditerranée; marin qui n'est pas un vrai marin.
Vx. Médecin d'eau douce. Mauvais médecin; médecin qui soigne de façon peu énergique, prescrit peu de remèdes ou en prescrit d'inefficaces : qui ne prescrit que de l'eau claire.
Rem. Attesté ds Ac. 1835, BESCH. 1845, QUILLET 1965, LITTRÉ, DG, GUÉRIN 1892.
b) Domaine de l'odorat. Qui a une odeur délicate, légère et agréable. (Quasi-)synon. délicat, suave. La douce odeur des roses (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 202) :
3. Triste en sa frénésie,
Le beau Dionysos pleure la molle Asie;
Et ce hardi troupeau, les femmes au sein nu
Qui le suivaient naguère au pays inconnu,
Folles, aspirant l'air avec ses doux aromes,
Ne sont plus à présent que spectres et fantômes.
BANVILLE, Les Exilés, L'Exil des Dieux, 1874, p. 9.
c) Domaine de la vue
) [En parlant d'une source lumineuse, d'une couleur] Qui offre une luminosité, des teintes estompées. Lumière douce; douce clarté. (Quasi-)synon. délicat, tendre. La teinte uniforme et douce des maisons de Berlin (STENDHAL, Hist. de la peinture en Italie, t. 1, 1817, p. 47). La douce lumière des abat-jour (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 189).
) [En parlant d'une forme] Qui est agréable à voir en raison de sa régularité et de son harmonie. Nanette embellit beaucoup (...) Les lignes sont plus douces, plus fondues (MAUPASS., Fort comme la mort, 1889, p. 147).
En partic. [En parlant d'un élément du relief] Qui n'est pas abrupt, escarpé ni heurté (cf. infra 2 b) :
4. ... le pays de Châtellerault, dont l'aspect verdoyant et les douces collines ménagent une transition aimable vers les raides et secs escarpements du Poitou calcaire.
VIDAL DE LA BL., Tabl. de la géogr. de la France, 1908, p. 169.
P. anal. Les cheveux sur les épaules, sur les seins et leur douce ondulation de dunes (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1094).
d) Domaine du toucher. Qui est agréable au toucher par un contact sans aspérités, une surface lisse, une consistance souple, moelleuse. (Quasi-)synon. lisse, tendre. Le séné d'Alexandrie (...) Ses feuilles sont (...) lisses et douces au toucher (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 662). Ce doux museau de velours cotonneux [d'une biche] (COLETTE, La Vagabonde, 1910, p. 220) :
5. ... il s'aperçut enfin qu'une peau douce et fine, tendue sur une chair ferme et élastique, apanage exclusif de la fraîcheur, suite ordinaire de la jeunesse, lui procurait un toucher plus agréable, en le faisant reposer plus doucement; ...
P.-A.-F. LACLOS, Éduc. femmes, 1803, p. 462.
B.-A. ,,Léger, moelleux, touché, indiqué plutôt que marqué`` (Nouv. Lar. ill.; attesté aussi ds Lar. 19e20e, BESCH. 1845). Pinceau doux; touche douce.
Spéc. Taille-douce.
e) Domaine de l'ouïe. Qui est agréable à l'oreille en raison de son harmonie, de sa faible intensité. (Quasi-) synon. mélodieux, suave. L'orchestre de Milan, admirable dans les choses douces, manque de brio dans les morceaux de force (STENDHAL, Rome, Naples et Florence, 1817, p. 21). Une musique douce et mélodieuse (NERVAL, Sec. Faust, Hélène, 1840, p. 258). Un très joli timbre de voix, doux avec un peu d'acidité dans le haut (COLETTE, Julie de Carneilhan, 1941, p. 184).
Emploi subst. Le doux. Le ton doux (ROB.). (Quasi-) anton. le fort.
PHONÉT. Consonne douce, ou, p. ell. une douce, subst. fém. Consonne dont l'articulation n'exige qu'une faible tension musculaire et dont le son est relativement doux. (Quasi-)synon. consonne sonore; (quasi-)anton. consonne forte ou sourde (cf. adoucissement B spéc. 6 phonét.).
2. P. ext. [En parlant d'une réalité qui affecte l'ensemble de la pers.]
a) [En parlant d'un moyen de locomotion] Qui ne fatigue pas par un rythme suivi, peu saccadé ni cahotique. ,,Cheval doux, monture douce, cheval, monture qui ne fatigue point le cavalier`` (Ac. 1932). (Quasi-)anton. pénible. Il [Denoisel] allait retenir chez un loueur une voiture douce et bonne à ramener un blessé (GONCOURT, R. Mauperin, 1864, p. 266).
P. méton. Cahot, choc doux; secousses douces. La voiturette filait par les larges avenues, de son train si rapide et si doux (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 258). Le cheval a une allure douce, les allures fort douces, des mouvements doux (Ac. 1932) :
6. Au moment de l'embrayage, la garniture, coincée entre le volant et le plateau d'embrayage, aplatit progressivement les plaquettes-ressorts procurant ainsi au véhicule un démarrage beaucoup plus doux.
CHAPELAIN, Cours mod. de techn. automob., 1956, p. 69.
b) [En parlant d'un lieu, d'une pente, d'une construction, etc.] Qui n'est pas brusque; qui est facile à gravir; qui reste modéré, sans écart important. (Quasi-)anton. abrupt, escarpé, raide. Escalier doux; montée, pente douce.
P. anal. Qui est peu pénible à supporter. (Quasi-) anton. rigoureux, sévère. C'est un devoir bien doux à remplir (Ac. 1835-1932). Ô mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon cœur, comme une onde rafraîchissante (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 190).
c) [En parlant des conditions atmosphériques] Qui produit une sensation de bien-être. (Quasi-)synon. modéré, tempéré, tiède; (quasi-)anton. aigre (cf. aigre I A 1 e), cinglant, cuisant, glacial. Malte où les nuits sont douces comme le lait (HUGO, Légende, t. 6, 1883, p. 382). La soirée était douce, tiède encore, malgré la saison (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 4) :
7. Les vents bruyans ont fait place aux zéphirs, dont la douce haleine respecte le feuillage tendre qui s'abreuve encore de rosée, et qui joue légèrement sur le berceau des enfants du printems;...
DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, préf., p. 146.
P. ell. ,,Faire doux, faire un temps doux. Il fait bien doux`` (Ac. 1798-1878, Lar. 19e, Lar. encyclop., QUILLET 1965).
3. [En parlant d'une réalité abstr. ou concr. en rapport avec une certaine gradation, avec une échelle de valeurs] Qui est, reste modéré, sans écart important. La taille (...) doit être un passage lent, insensible et doux entre les deux gloires de la femme, sa poitrine et son ventre (FRANCE, Hist. comique, 1903, p. 4) :
8. Et toujours, et du même pas, avec le même geste, il [le semeur] allait (...) derrière, la herse, sous les claquements du fouet, enterrait les germes, du même train doux et comme réfléchi.
ZOLA, Terre, 1887, p. 11.
Domaines culin. et techn. Feu doux. Feu donnant une chaleur modérée. Chauffer, cuire, faire fondre à feu doux. (Quasi-)anton. feu vif. Auto-cuiseur (...). — Marmite norvégienne pot-au-feu. Récipient entouré d'une forte enveloppe isolante, (...). Il convient spécialement à toutes les cuissons longues à feu doux (bœuf à la mode, pot-au-feu, légumes secs, etc.) (Lar. mén. 1926, p. 471) :
9. Couvrez parfaitement la marmite de son couvercle, faites bouillir, et après le premier bouillon, laissez sur un feu très doux pour obtenir un mijotement imperceptible pendant trois heures;...
Les gdes heures de la cuis. fr., J. Gouffé, 1877, p. 184.
4. Emplois spéc.
a) Domaine écon. Prix doux. (Quasi-)anton. prix fort, élevé. Un architecte de ses amis vint lui demander [à Anatole], de la part d'un curé, un Christ pour une chapelle de couvent « dans les prix doux » (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 97).
b) MÉTALL. [En parlant d'un métal] Malléable, ductile, dont les parties sont bien liées; non fragile, qui se plie aisément sans se casser. Minerai doux. Un morceau de fer doux (POINCARÉ, Électr. et opt., 1901, p. 35) :
10. ... si le métal s'est rompu, c'est qu'il a pris la trempe et que, par conséquent, on a affaire à un acier dur; si, au contraire, l'éprouvette s'est repliée sur elle-même, c'est que l'acier est de nuance douce non trempante; avec un acier extra-doux, il sera possible d'exécuter un nouveau pliage dans un sens perpendiculaire au premier, sans arriver à la rupture.
BARNÉRIAS, Manuel des aciéries, 1934, p. 154.
c) TECHNOL. Lime douce. Lime dont les dents sont fines, peu saillantes, mordant légèrement et en surface, permettant un travail plus délicat.
Rem. Attesté ds Ac. 1835-1932, Lar. 19e-Lar. encyclop., BESCH. 1845, QUILLET 1965.
B.— Au fig.
1. [En parlant d'un état de choses, d'une situation, etc.] Qui est agréable en raison de son calme, de sa tranquillité, etc. Un doux repos, une douce tranquillité. Il jeta un dernier regard sur toutes ces richesses qui lui avaient fait la vie si douce et si heureuse depuis son enfance; il regarda encore une fois ces tableaux (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 451) :
11. ... ma femme avait souvent l'attention de se promener au soleil et à l'air, à l'heure de midi, en tenant ma fille bien couverte dans ses bras; elle était alors âgée de six mois. Elle jetait souvent des cris dans la chambre, sans doute par le besoin de respirer le grand air; car, dès qu'on l'y portait, elle devenait tranquille, et bientôt elle était saisie d'un sommeil doux et paisible, qui la faisait profiter à vue d'œil.
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Harmonies de la nature, 1814, p. 157.
Il est doux de (avoir, être, faire, etc.). Il est agréable de... :
12. ... « il m'est doux de dormir, il m'est plus doux d'être de pierre, tant que le malheur et la honte durent. Ne rien voir, ne rien sentir, c'est là mon plus grand bonheur. Ne me réveille pas, de grâce! Parle bas!... »
FAURE, Hist. de l'art, 1914, p. 410.
2. [En parlant d'une personne, d'un trait de son attitude ou de son comportement]
a) [En parlant d'une pers.]
) Qui agit sans brusquerie, qui a des mouvements, des gestes mesurés, des manières délicates; qui est d'un caractère facile, d'une humeur égale, qui montre de la modération, de la bienveillance envers autrui. Caractère doux. (Quasi-)synon. affable, bon, humain, paisible. Il s'entête, mais quinze jours de régime du bord et des colonies, il deviendra doux comme une gazelle (SUE, Atar Gull, 1831, p. 7). Tsilla, l'enfant blond, la fille de ses fils [de Caïn], douce comme l'aurore (HUGO, Légende, t. 1, 1859, p. 49) :
13. ... « je vivais en Suisse, commence-t-il, en homme doux et paisible, fuyant le monde, ne me mêlant de rien, ne disputant jamais, ne parlant pas même de mes opinions... »
GUÉHENNO, Jean-Jacques, Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 206.
Emploi subst.
♦ Domaine de la spiritualité. Les doux. Les débonnaires. [P. réf. à la Bible, Matthieu 5, 4] Heureux les doux. Fût-il [l'abbé Donissan] devenu l'un de ces saints dont l'histoire ressemble à un conte, de ces doux qui possèdent la terre, avec un sourire d'enfant-roi? (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 147).
Fam., péj. Faire le doux/la douce. Affecter une fausse douceur. Il fait le doux mais il est au fond très-irascible (Lar. 19e).
Rem. Attesté aussi ds GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill.-Lar. 20e.
) P. anal. [En parlant d'un animal] Qui n'est pas féroce, méchant. Un chien doux et caressant (ROB.). Cet animal est fort doux (Ac. 1932).
b) [En parlant d'un trait physique ou moral] Qui exprime un caractère doux. Air doux; douce affabilité, douce bienveillance. À quoi bon chercher tes beautés langoureuses Ailleurs qu'en ton cher corps et qu'en ton cœur si doux? (BAUDEL., Fl. du Mal, 1857-61, p. 60). La bonne et douce figure du docteur disait un peu de ses inépuisables charités (GONCOURT, Journal, 1893, p. 452) :
14. Mais Lucette avait bonne mine, et l'œil doux, l'œil d'une femme qui n'a pas de femmes à combattre.
COLETTE, Chambre d'hôtel, 1940, p. 11.
En partic., littér. Style doux. Style aisé, coulant, facile, sans rudesse. Jaufred, Arnaud Daniel Au style doux comme miel (MORÉAS, Sylves, 1896, p. 178).
c) [En parlant gén. d'un trait ou d'un aspect du comportement] Qui touche agréablement l'esprit, le cœur, l'imagination.
) Domaine affectif. Douce affection, émotion, gaîté, mélancolie; doux souvenir. La douce égalité et la liberté (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 138) :
15. Oh! la douce journée que celle d'hier, comme elle a été pleine, comme elle a débordé des plus pures joies! Je l'ai passée presque tout entière avec cet inestimable ami, et vous pouvez juger si la causerie et l'imagination ont été bon train.
GUÉRIN, Correspondance, 1834, p. 133.
) Domaine amoureux. Qui est tendre, inspiré par l'amour. Douces paroles, doux propos. Paroles de galanterie, d'amour; propos tendres, galants (attesté ds Ac. 1798-1932, BESCH. 1845, QUILLET 1965, Lar. 19e). Aurai-je ce soir quand je te quitterai le bonheur de te retrouver dans une douce lettre bien tendre et plus précieuse encore pour ton mari? (HUGO, Lettres fiancée, 1822, p. 180). Les arbres pleins de doux ébats (HUGO, Chans. rues et bois, 1865, p. 144) :
16. Que de larmes me viennent en pensant à vous, à votre petite Marie, à sa mère qui m'a aimée! Combien son amitié m'était chère, et que les témoignages que j'en ai reçus m'allaient profondément au cœur! Rien ne peut les en effacer, non plus que son souvenir. Je me souviendrai toujours d'elle, et que sa belle âme s'était penchée vers moi pour m'aimer. Que je l'aimais aussi et quel bonheur je trouvais dans notre douce correspondance!
E. DE GUÉRIN, Lettres, 1835, p. 81.
Vx, littér. Un doux penchant. Un penchant amoureux (attesté ds Lar. Lang. fr.).
Spéc. Un billet doux. Un billet d'amour, de galanterie. C'est une lettre de Camille, seigneur, de votre fiancée. Maître Blazius. C'est un billet doux à un gardeur de dindons (MUSSET, On ne badine pas, 1834, III, 2, p. 55) :
17. Alors, les filles s'en vont avec un baiser sur le cou et un billet doux dans la poche.
ZOLA, Nouveaux contes à Ninon, 1874, p. 142.
Loc. fam. Faire les yeux doux/les doux yeux. Chercher à plaire, chercher à gagner les bonnes grâces, regarder amoureusement. Faire les yeux doux à une femme :
18. Le meunier guetta et il aperçut le galant (...) couché dans l'herbe et feignant de dormir. Françoise, de sa chambre, pouvait le voir. La chose était claire, ils avaient dû s'aimer, en se faisant les doux yeux pardessus la roue du moulin.
ZOLA, Les Soirées de Médan, L'Attaque du moulin, 1880, p. 9.
II.— Loc. diverses
A.— Fam., loc. adv.
1. Tout doux
a) Tout doucement, lentement, sans se hâter, se précipiter. Voici qu'un soir, lorsque je marchais tout doux sur les pelouses de Twickenham, apparaît Peltier (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 521).
b) Tranquillement, sans s'emporter. S'éclaircir tout doux d'une affaire.
c) En exclamation. Invitation au calme, à la modération. — Il faudrait, dit une vieille, lui jeter de l'eau bénite (...) Tout doux! la vieille (...) le jeune seigneur est aussi vivant (...) que vous et moi (FRANCE, Balth., Ab., 1889, p. 269) :
19. CLORINDE. — Ne peux-tu te hausser à d'autre ambition Qu'à celle de gagner un méchant million?
ANNIBAL. — Tout doux! les millions sont de bonnes personnes
Qui ne méritent pas le nom que tu leur donnes...
AUGIER, L'Aventurière, 1848, I, p. 180.
2. En douce. Sans bruit, de façon discrète, dissimulée en cachette, sans se faire remarquer. Faire (qqc.), partir en douce. La destinée l'avait mis [Arzaman], à l'occasion d'un joyeux repas, en face de l'homme qu'il s'agissait de supprimer, comme dit l'argot, « en douce » (L. DAUDET, Ciel de feu, 1934, p. 251) :
20. Trois grosses péniches vides flottaient de toute la hauteur de leur coque brune sur l'eau presque immobile. — « Tu aimerais faire un voyage en péniche? » demanda gaiement Antoine. « Glisser en douce sur les canaux, entre les peupliers,... »
MARTIN DU GARD, Les Thibault, Le Pénitencier, 1922, p. 703.
3. À la douce (pop.). Tout doucement, d'une manière douce, modérée; assez bien. Aller (tout) à la douce, faire (qqc.) à la douce :
21. C'étaient en général « M. Schmoll » ou Gaston Pollonais petit israélite malingre et bafouilleur, qui se chargeaient de ces réquisitions à la douce, dont le patron se montrait fier.
L. DAUDET, Salons et journaux, 1917, p. 128.
B.— Loc. verbales fig.
1. Avaler doux comme lait. ,,Être crédule ou sans rancune`` (GUÉRIN 1892).
Rem. Attesté aussi ds Ac. 1798-1932, BESCH. 1845, QUILLET 1965, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.
2. Filer doux. Se soumettre, obéir humblement, n'opposer aucune résistance à... Elle [Gervaise] filait doux maintenant, elle pliait ses grosses épaules, ayant compris qu'ils [Coupeau et Lantier] s'amusaient à la bousculer (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 621). Insolent avec les timides ou les malades, il [La Jeunnesse] était peureux comme une larve et filait doux avec les gens décidés et solides (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p. 108) :
22. Et nous filerons doux nous autres les malins.
Et le plus assuré fera le bon apôtre.
Et nos derniers soleils seront sur leurs déclins.
Et nos bergers seront deux uniques bergères.
Et nous filerons doux par devant ces houlettes.
Et nous serons menés par des mains plus légères.
PÉGUY, Ève, 1913, p. 930.
Prononc. et Orth. :[du], fém. [dus]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 France dulce (Rol., éd. J. Bédier, 16); id. dulz païs (ibid., 1861); id. ewes dulces (ibid., 2640); ca 1150 liz... dulz [toucher, contact] (Voyage de Charlemagne, éd. E. Koschwitz, 425); ca 1170 douce fille (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 451); ca 1176 vanz dolz [des éléments] (ID., Cligès, éd. A. Micha, 241); 1531 [éd.] adv. le porter doux (Perceforest, t. IV, f° 65 ds LITTRÉ); 1603 filler doux (C. DE RUBYS, Histoire véritable de Lyon, p. 271); 1884 en douce [d'apr. ESN.]. Du lat. class. dulcis « doux » de mêmes emplois que le français. Fréq. abs. littér. :18 840. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 37 504, b) 32 754; XXe s. : a) 24 844, b) 15 626. Bbg. DUCH. Beauté. 1960, p. 161. — GOTTSCH. Redens. 1930, passim. — GOUG. Mots t. 3 1975, p. 96. — GRUNDT (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Franso, 1972, p. 45, 149, 227, 234, 246, 247. —MAT. Louis-Philippe 1951, p. 199. — QUEM. Fichier. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 73.

doux, douce [du, dus] adj., adv. et n.
ÉTYM. 1080, dulz; du lat. dulcis « doux, suave », et, au fig., « agréable, charmant, aimé ».
———
I Adj.
A Domaine de la sensation.
1 Après le nom, en épithète. Qui a un goût faible ou sucré (opposé à amer, acide, fort, piquant, relevé, salé, etc.). || Le sucre est doux. || Doux comme le miel. || Amandes, oranges, pommes douces. || Piment doux. || Moutarde douce. || Beurre doux, non salé. || Un plat doux : un mets sucré. || Trop doux, doux et écœurant. Douceâtre, doucereux, écœurant, fade, liquoreux, mielleux, sirupeux. || Sauce trop douce, qui manque d'assaisonnement. || Rendre doux, plus doux. Adoucir, édulcorer.
1 C'est son breuvage le plus doux.
Racine, Esther, III, 3.
2 La coupe la plus douce apporte l'amertume,
Sauf la coupe du vallon bleu qu'emplit la brume
Comme d'un lait que boit l'Aurore à son réveil.
Francis Jammes, Sonnets, in Choix de poèmes, p. 247.
Eau douce, non salée.Marin d'eau douce (→ 2. Marin, cit. 6).
Spécialt. Sucré. || Patate douce.Vin doux : moût; vin naturellement sucré (opposé à sec). || Champagne doux, sucré (opposé à brut).
2 Plutôt après le nom. Agréable au toucher par son caractère lisse, souple (opposé à dur, rugueux, violent). Lisse, moelleux, soyeux. || Peau douce. Fin, satiné, uni, velouté. || Étoffe, laine douce. || Poils doux. || Brosse douce. Souple.Lit, matelas très doux. Douillet, moelleux, mollet, mou. || Un doux oreiller. Mol. || Voiture douce, bien suspendue. Confortable.Antéposé. Littér. || Douce caresse, doux chatouillement.
3 (…) il tenait la main d'Antoine familièrement enfermée entre les siennes, qui étaient douces et potelées comme des mains de femme.
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 181.
3 Après le nom. Qui épargne les sensations violentes, désagréables (se dit du temps, du climat). || Un temps doux et agréable. || Il fait doux et tiède. || Un doux zéphyr; une brise douce. Faible. || Température douce, douce chaleur. Modéré. || Cette année, l'hiver a été doux, plutôt doux. Clément.
4 Un temps doux. Le vent, faible et chaud, nous venait du Sud. Il amollissait l'air.
H. Bosco, Un rameau de la nuit, p. 159.
4 Avant ou après le nom. Peu sonore et agréable à l'ouïe. Caressant, charmant, enchanteur, harmonieux, mélodieux, suave.Antéposé. Littér. || Doux accents; doux murmures. Léger. || De doux accords, une douce musique ( Amabile, dolce, piano). || Les douces rumeurs de la nature; les douces harmonies du soir (→ 2. Calme, cit. 1).Postposé. || Musique douce. || Voix douce. || L'italien est une langue douce, douce à l'oreille. Musical. || Des inflexions de voix très douces, une intonation douce.
5 Un beau visage est le plus beau de tous les spectacles; et l'harmonie la plus douce est le son de voix de celle que l'on aime.
La Bruyère, les Caractères, III, 10.
6 C'était une musique très harmonieuse, la voix fraîche de Gaud alternait avec celle de Yann qui avait des sonorités douces et caressantes dans des notes graves.
Loti, Pêcheur d'Islande, IV, I, p. 225.
Fig. || Éloquence douce. || Parler d'un ton doux (→ Un mot pas plus haut que l'autre).Doux propos; douces paroles : paroles obligeantes, flatteuses ( Mielleux).
7 Ainsi dans les dangers qui nous suivent en croupe,
Le doux parler ne nuit de rien.
La Fontaine, Fables, III, 12.
Phonét. || Consonnes douces, dont l'articulation n'exige qu'une faible tension musculaire (contr. : consonne dure). || Les consonnes sonores sont en général douces (ex. : B, G, D).Gramm. grecque. || Esprit doux : en grec, signe indiquant que l'initiale vocalique n'est pas aspirée (’).
5 Après le nom. Agréable à l'œil, à la vue. || Lumière douce. Pâle, tamiser (p. p. adj.); → Atténuer, cit. 10. || Couleur douce. Clair. || Reflets doux; nuances, teintes douces. || Les courbes de ce dessin sont douces.
8 Mais à peine entrée dans la haute pièce sévère et drapée, la clarté joyeuse du ciel s'atténuait, devenait douce, s'endormait sur les étoffes, allait mourir dans les portières (…)
Maupassant, Fort comme la mort, p. 1.
6 Avant ou après le nom. Agréable à l'odorat. || Doux parfums. Délicat, suave. || Douces odeurs; odeurs douces (à l'odorat).
9 (…) de douces odeurs sombres et tenaces, qui demeuraient longtemps attachées aux paumes.
Colette, la Chatte, p. 103.
B Domaine psychique, abstractions…
1 Souvent antéposé. Fig. Qui procure un agrément calme et délicat. Agréable, délicat, délicieux, exquis. || Doux sentiments. || Douces sensations. || Une douce émotion (→ Battre, cit. 61). || Doux charme. || Douce attente. || Espoir bien doux. || Douce nouvelle. || Doux souvenir. Attendrissant. || Doux pays. || La solitude lui est douce. || Douce tranquillité. || Une douce vengeance.Se faire une douce violence. || Il est doux de pardonner. || Il me sera bien doux de vous revoir. || La douce chaleur d'un cœur affectueux (→ Déborder, cit. 5). || Qu'il est doux de ne rien faire ! || Doux repos; doux sommeil. || Passer des jours bien doux. Couler (se la couler douce; cit. 33 et supra). || Mener une vie douce. Calme, doré, douillet, facile, indolent, mol, paisible, serein, tranquille; dolce vita. || Il a eu la vie douce. || Douces habitudes. || Douces manies. || Douces pensées (→ Apaiser, cit. 21).Vx (langue class.). || Doux liens. || Douces chaînes. Amoureux.
10 Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux (…)
La Fontaine, Fables, VII, 10.
11 Qu'un ami véritable est une douce chose !
La Fontaine, Fables, VIII, 11.
12 Eh ! Monsieur, mon cher maître, il est si doux de vivre !
On ne meurt qu'une fois, et c'est pour si longtemps !
Molière, le Dépit amoureux, V, 3.
13 Et tout ingrat qu'il est, il me sera plus doux
De mourir avec lui que de vivre avec vous.
Racine, Andromaque, IV, 3.
14 Les feux de l'aurore ne sont pas si doux que les premiers regards de la gloire.
Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 375.
15 Cependant il est doux de respirer encore
Cet air du ciel natal où l'on croit rajeunir.
Lamartine, Harmonies…, III, IV.
16 Qu'il est doux d'être au monde, et quel bien que la vie !
Tu le disais ce soir par un beau jour d'été.
A. de Musset, Poésies nouvelles, À Alfred T., Sonnet.
17 (…) les plus doux instants pour deux amants heureux,
Ce sont les entretiens d'une nuit d'insomnie,
Pendant l'enivrement qui succède au plaisir.
A. de Musset, Premières Poésies, « La coupe et les lèvres », II, 3.
18 Je veux dormir ! dormir plutôt que vivre !
Dans un sommeil aussi doux que la mort (…)
Baudelaire, Épaves, Pièces condamnées, « Le Léthé ».
19 Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.
Verlaine, Romances sans paroles, « Aquarelles », Green (→ Cœur, cit. 74).
20 Il m'est doux de vivre en pensée les jours qu'il vivait (…)
France, le Petit Pierre, XXXIII, p. 236.
21 Mais gardez-moi un peu d'amitié dans votre colère, un souvenir aigre et doux, comme ces temps d'automne où il y a du soleil et de la bise.
France, le Lys rouge, XXI, p. 161.
22 (…) c'est doux, la nuit, de regarder le ciel. Toutes les étoiles sont fleuries.
Saint-Exupéry, le Petit Prince, XXVI, p. 86.
Doux à… (suivi de l'inf.) :
23 Affaissant sous son poids un énorme oreiller
Un beau corps était là, doux à voir sommeiller (…)
Baudelaire, Poèmes divers, « Le goinfre ».
2 Après le nom. Qui n'a rien d'extrême, d'excessif. Faible, modéré.
a Concret. || Montée douce. || Escalier doux, dont les degrés ne sont pas rudes à gravir. || Descente en pente douce.Feu doux, donnant une chaleur modérée. || Cuire à feu doux, à petit feu.
b Prix doux : prix modéré. || Acheter au prix doux, (1859, in D. D. L.) dans les prix doux, bon marché.
24 (…) je pourrai vous procurer deux juments harnachées dans les prix doux.
Sartre, les Mouches, I, 6.
c Qui ne contraint pas péniblement. || Lois douces. Clément, indulgent. || Administration douce. || Le service y est doux. Facile, plaisant. || Châtiment, supplice trop doux. Anodin, bénin. || Une mort douce.Antéposé. || De doux reproches. || Douce gaieté. || Douce plaisanterie.
25 Il est des moyens doux pour nous satisfaire; il en est de violents et de sanglants (…)
Molière, Dom Juan, III, 4.
26 Il ne faut jamais hasarder la plaisanterie même la plus douce et la plus permise qu'avec des gens polis ou qui ont de l'esprit.
La Bruyère, les Caractères, V.
d (D'après l'angl. soft). || Drogues douces.
e Qui agit sans brutalité, sans effets secondaires néfastes sur le milieu considéré (environnement; organisme) et selon les voies tenues pour les plus naturelles. || Technologies douces, qui ne portent pas atteinte à l'environnement, au milieu. || Les énergies douces : les sources d'énergie non polluantes (vent, marées, etc.), opposées aux sources d'énergie telles que le pétrole, la fission nucléaire, etc.Médecines douces (phytothérapie, acupuncture, homéopathie, etc.).
3 (Personnes; entités humaines). Qui ne heurte, ne blesse personne, n'impose rien, ne se met pas en colère. Affable, aimable, amène, angélique, bénin (cit. 2 et 7), bienveillant, bon, bonasse, bonhomme, calme, clément (cit. 1), complaisant, conciliant, coulant, débonnaire, doucet, faible, gentil, humain, indulgent, liant, malléable, paisible, paterne, patient, souple, tolérant, traitable. || Un homme doux (→ Crème, cit. 2). || Caractère, naturel doux (→ Autant, cit. 28). || Humeur douce. || Jeune fille chaste et douce. || Elle est douce comme une colombe (→ Accort, cit. 3).Doux comme un agneau, comme un mouton (cit. 13). Inoffensif. || Cet enfant est doux. Docile, maniable, obéissant, sage, soumis, souple. || Rendre doux, docile. Adoucir, apprivoiser, discipliner, dompter, dresser, radoucir. || Doux comme une fille.
27 Votre petit Allemand (…) est beau comme un ange, et doux et honnête comme une pucelle.
Mme de Sévigné, Lettres, 585, 7 oct. 1676.
28 Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre (…)
A.-F. Arvers, Sonnet.
29 Ceux-là seuls sont doux à autrui qui sont doux à eux-mêmes.
France, le Petit Pierre, I, p. 12.
30 Elle était aussi douce, polie et pure que peut l'être la créature humaine.
Valery Larbaud, Amants…, p. 16.
T. d'affection. || Mon doux ami (cf. au moyen âge, Beau doux ami).
(Animaux). Qui n'est pas méchant. || Un chien doux et caressant. || Une monture douce, douce comme un ange (→ 1. Mule, cit. 1).
31 Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
La Fontaine, Fables, VII, 1.
32 Dans la journée, elles sont douces comme des moutons; à mesure que l'heure de boucler approche, c'est à qui des deux ne restera pas dans le panier grillé (…)
Colette, la Paix chez les bêtes, « Chiens savants ».
4 Par ext. Qui dénote de la douceur, de la bienveillance. || Air doux. Gentil. || Physionomie douce. || Doux visage. Beau, gracieux. || Un doux sourire (→ Déplaisir, cit. 2). || Un doux regard. Affectueux, aimant, câlin, caressant, tendre. || Avoir des manières douces ( Chatte). || Mœurs douces. Paisible. — ☑ Folie douce (par oppos. à furieuse).
33 Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire (…)
Hugo, les Feuilles d'automne, XIX, « Lorsque l'enfant paraît ».
34 Ses yeux doux et farouches brillaient sous un voile magnifique de longs cils noirs (…)
France, Histoire comique, IX, p. 143.
35 (…) c'est une femme rude, épaisse, membrue comme un homme. Rien de doux, ni même de son sexe.
André Suarès, Trois hommes, « Pascal », II, p. 21.
Spécialt. Amoureux, passionné. || De douces déclarations. || Doux reproches. — ☑ Loc. Faire les yeux doux : regarder amoureusement (→ fam. et péj. Faire des yeux de carpe pâmée, rouler des yeux…). — ☑ Un billet doux, galant.Vx. Le doux penchant.
C Techn. Vx. || Minerai doux, qui se fond aisément. || Mine douce.Mod. Se dit d'un métal, d'un alliage très malléable et qui a une grande capacité de déformation à froid. || Fer doux : fer pur, peu cassant, employé dans la fabrication des électro-aimants (par oppos. à fer aigre). || Acier doux.Lime douce, qui mord légèrement et en surface. || Taille douce. Taille.
35.1 (…) l'essieu de ma calèche casse net. C'est ma faute : je m'étais bien promis que si jamais j'avais une calèche à moi, je ferais forger sous mes yeux un bel essieu avec six barres de fer doux (…)
Stendhal, Mémoires d'un touriste, I, p. 28.
———
II Adv.
1 Loc. Filer doux : se soumettre, obéir humblement sans opposer de résistance. || Avec lui, il faut filer doux.
36 Je filai doux, et souscrivis à toutes tes exigences (…)
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, VII, p. 86.
Vx. Avaler qqch. doux comme lait. Avaler.
2 Loc. adv. Vx ou plais. Tout doux, se disait familièrement pour inviter au calme, à la modération. Doucement.
37 Mon Dieu ! tout doux : vous allez d'abord aux invectives. Est-ce que nous ne pouvons pas raisonner ensemble sans nous emporter ?
Molière, le Malade imaginaire, I, 5.
38 Tout doux ! vous suivez trop votre amoureuse envie,
Et vous ne devez pas vous tant passionner.
Molière, Tartuffe, IV, 7.
tableau Principales interjections.
3 (1884). Loc. fam. En douce : sans bruit, avec discrétion. || Il a fait ça en douce. || Partir en douce (cf. Filer à l'anglaise).En douce, il a réussi mieux que tout le monde (cf. Sans en avoir l'air).
4 Vx, fam. À la douce : doucement.
———
III N.
1 N. m. Ce qui est doux. || Préférer le doux.(1805). Liqueur douce.Prendre du sec (du vin sec) plutôt que du doux.
Le doux : le ton doux.
39 Heureux qui, dans les vers, sait d'une voix légère
Passer du grave au doux, du plaisant au sévère !
Boileau, l'Art poétique, I.
40 (Le rossignol) saute du grave à l'aigu, du doux au fort (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, I, V, V.
Littér. Douceur.
41 Je voulais le doux de la tendresse, le chaud de la maison, le confortement de l'appui, le repos de la répétition.
Claude Roy, Nous, p. 142.
2 N. m. et f. (Personnes). || C'est un doux.Faire la douce : affecter une fausse douceur.Heureux les doux, les débonnaires.
Fam. (T. d'affection). || Ma douce.Fam. || Il va voir sa douce, son amie, sa fiancée. → Sa blonde.
CONTR. Acide, âcre, aigre, amer, âpre, corsé, épicé, relevé, salé, sur. — Bruyant, criard; ardu, coriace, raboteux, rugueux. — Abrupt, escarpé, fatigant, pénible. — Acerbe, acariâtre, acrimonieux, arrogant, austère, bourru, brutal, cruel, direct, dur, emporté, entier, exalté, farouche, féroce, furibond, hargneux, impitoyable, implacable, inclément, inexorable, inflexible, inhumain, insensible, intraitable, irascible, revêche, rigoriste, rigoureux, rude, sévère, violent.
DÉR. Douçain, douceâtre, doucement, doucet, doucin, doucine, doucir.
COMP. Adoucir, aigre-doux, douce-amère (n. f.), doux-amer (adj.).V. Doudou, doudoune.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • doux — doux …   Dictionnaire des rimes

  • doux — doux, douce (do , dou s ; l x se lie : dou z et poli) adj. 1°   Dont la saveur est agréable, qui n a rien de rude. Amande, orange douce. Pomme douce. •   Contre la maxime de médecine, que toutes les choses douces se tournent en bile, VOIT. Lett.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • doux — DOUX, OUCE. adj. Qui est d une saveur qui fait ordinairement une impression agréable au goût, qui n a rien d aigre, d amer, de piquant, d âpre ou de salé. Le lait, le miel, le sucre sont doux. Orange douce. Amande douce. Huile d amandes douces.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • doux — DOUX, douce adj. Qui est d une saveur qui fait ordinairement une impression agreable au goust, qui n a rien d aigre, d amer, de piquant, d aspre, ou de salé. Le lait, le miel, le sucre sont doux. citron doux. lime douce. orange douce. amande… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Doux — (französisch: süß) steht für: die altfranzösische Bezeichnung eines Adligen, siehe die deutschsprachige Entsprechung Herzog die französische Bezeichnung für süße Weine bzw. Rebsorten, beispielsweise Vin Doux Naturel einen Ort im französischen im… …   Deutsch Wikipedia

  • Doux — Saltar a navegación, búsqueda Doux puede referirse a Doux, comuna francesa situada en Ardenas. Doux, comuna francesa situada en Deux Sèvres. Obtenido de Doux Categoría: Wikipedia:Desambiguación …   Wikipedia Español

  • Doux — may refer to: Doux, Ardennes, a French commune in the Ardennes department Doux, Deux Sèvres, a French commune in the Deux Sèvres department Doux River, a river in France A kind of sparkling wine, for which the °Bx is greater than 5. See also Dux …   Wikipedia

  • Doux — Doux, Fluß u. Departement, so v.w. Doubs …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Doux — doux, douche nf source, fontaine Alpes, Sud Est …   Glossaire des noms topographiques en France

  • doux — [du:] <fr. ; aus gleichbed. lat. dulcis> süß, lieblich, angenehm …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.